INTRODUCTION

Sur l’auteur – John Steinbeck :

John Steinbeck est un célèbre romancier, nouvelliste américain né le 27 février 1902 à Salinas en Californie (Etats-Unis) et mort le 20 décembre 1968 à New-York (Etats-Unis). Il est prix Nobel de littérature. Il reçoit également le prix Pulitzer en 1940 pour le roman : Les raisins de la colère. Nous allons ici faire le résumé de son livre : Des souris et des hommes publié en 1937.

Il fait partie du mouvement de la Génération perdue avec des auteurs comme : Ernest Hemingway, Ezra Pound, F. Scott Fitzgerald et Gertrude Stein pour ne citer qu’eux. Des écrivains de l’entre-deux-guerres.

Sur l’œuvre – Des souris et des hommes : 

Des souris et des hommes (Of Mice and Men en version originale) est un roman de l’écrivain américain John Steinbeck publié en 1937. Le livre a eu un énorme succès dès sa publications et a été d’adapté au cinéma dès 1939, c’est-à-dire deux ans après sa date de parution. 

Le livre se déroule durant la Grande dépression, c’est-à-dire fin des années 1920, début des années 1930. Les deux principaux personnages sont deux amis qui se font passer pour des cousins George et Lennie. Le premier est petit et futé. Le second est grand, un peu bête, mais doux et fidèle à son ami George. Les deux hommes ne se quittent jamais et rêvent d’avoir une ferme dans laquelle ils pourront élever des animaux, notamment des lapins, que Lennie pourra passer son temps à caresser. Ils vont alors travailler dans un ranch pour se faire assez d’argent – croient-ils – pour acheter le terrain dans lequel, ils auront leur ferme. Malheureusement, leur plan ne va pas se passer comme prévu.

Autres œuvres du même auteur :

  • Les raisins de la colère /The Grapes of Wrath(1939) ;
  • A l’Est d’Eden / East of Eden(1952);
  • Les pâturages du ciel / The Pastures of Heaven(1932);
  • L’Hiver de notre mécontentement / The Winter of Our Discontent(1961) ;
  • Tortilla Flat / Tortilla Flat(1935).

AVIS – Des souris et des hommes de John Steinbeck

Des souris et des hommes (Of Mice and Men en version originale) de Steinbeck est un livre qui traite de l’amitié, de la loyauté, de la camaraderie, du dévouement. Deux hommes, que tout semble opposer, se sentent d’une mission l’un envers l’autre. Pour l’un, petit et vif, sa loyauté, sa camaraderie, son dévouement prennent la forme de l’autorité et du commandement. Pour l’autre, grand, à visage informe, elles prennent la forme de l’obéissance totale, à tel point qu’il serait capable de sauter d’une falaise si l’autre le lui demandait. 

Steinbeck accentue cet effet en situant l’histoire dans une période (la Grande dépression) et dans un lieu dure (l’Ouest américain) où l’autorité et l’obéissance sont presque une histoire de survie. C’est aussi l’occasion pour l’auteur de mettre en avant la poursuite d’un rêve dans un environnement et une période qui semblent interdire le fait de rêver.

Le grand plus de cet auteur est de réussir à introduire dans cette histoire d’hommes des questionnements de société : la place du Noir dans un monde de blancs coriaces. La place de la femme dans un monde d’hommes durs. Et l’auteur arrive à aborder des thèmes aussi complexes que ceux-là dans un langage accessible à tous, mais beau. Ou beau, car accessible à tous, petite nuance, mais qui mérite d’être spécifiée.

Je recommande vivement ce livre : un vrai condensé d’humanité !



Résumé du chapitre I – Des souris et des hommes

Des souris et des hommes résumé et avis | John Steinbeck.
Des souris et des hommes résumé et avis | John Steinbeck.

Dans ce premier chapitre, on découvre les lieux où se dérouleront l’histoire, mais également les personnages principaux : le petit et vif, George et le grand, à visage informe Lennie. On apprend également davantage sur leur histoire : deux amis à la vie à la mort, qui viennent de fuir la ville de Weed parce que Lennie y avait agressé une fille. Ils se rendent donc dans un ranch pour faire de l’argent en ayant pour ambition : devenir rentier, avoir une ferme et des animaux.

#george #lennie #souris #lapin #devenirrentier

Le livre commence avec une belle description du paysage. Et puis, sortant soudainement de ce paysage, deux hommes  « un petit et vif, brun de visage et avec des yeux inquiets et perçants » et son contraire « un homme énorme, à visage informe, avec de grands yeux pâles et de larges épaules tombantes ».

On apprend rapidement que Lennie est fasciné par les petits animaux tels que les souris, lapins ; mais qu’il ne peut s’empêcher de les tuer en les caressant. Lennie fait cela depuis sa petite enfance ; depuis que sa tante Clara, lui en donnait (des souris) pour qu’il en prenne soin. On apprend ensuite qu’ils ont fui Weed, une ville située au Nord des Etats-Unis, à cause de Lennie. George est comme embarrassé avec son ami, il se sent obligé de se le coltiner, mais sans lui il irait plus vite.

Ces deux hommes ont un projet commun : devenir rentier, devenir rentier à tout prix. C’est pour réaliser ce projet qu’ils doivent se rendre dans un Ranch afin d’y travailler et de gagner assez d’argent pour acheter une ferme. Réaliser ce rêve sera notamment l’occasion pour Lennie d’en réaliser un autre : à savoir, celui d’avoir des lapins, des lapins qu’il pourra caresser à longueur de journée.

Résumé du chapitre II – Des souris et des hommes

Ce chapitre permet de connaître les travailleurs qui se trouvent dans le ranch (celui dans lequel arrivent George et Lennie). On peut commencer à déceler qui seront leurs alliés (Slim, le palefrenier, Carlson, Candy) et qui seront leurs « adversaires » (Curley, sa femme, et le patron (parce qu’il est le père de Curley). Le plan des deux amis (à savoir gagner assez d’argent pour devenir rentier) sera-t-il perturbé par la femme de Curley…?

#curley #petithargneux #cocu #palefrenier #dessourisetdeshommes

Le deuxième chapitre commence un peu comme le premier avec cette fois une description du ranch et une présentation des autres personnages. Tout d’abord un vieillard vouté qui les accueille. Puis Whitey qui est parti, mais qui avait la particularité d’être propre.

Le patron à qui il arrive d’être en colère, notamment sur le palefrenier, un nègre, un brave type au dos de travers. Smitty, un petit coriace qui en a toujours après le palefrenier. Il y a aussi un jeune homme brun, aux cheveux crépus et aux yeux noirs du nom de Curley. Il s’agissait du fils du patron. Un petit hargneux qui aura une grande importance dans le livre.

Enfin, il y a une fille, la femme de Curley, le petit hargneux. Cette fille, selon le vieux, faisait de l’œil à deux autres travailleurs un nommé Slim et l’autre Carlson. Enfin, il y a Slim et Carlson : le premier est grand avec de longs cheveux bruns, le second robuste et corpulent. Slim, le grand, avait une chienne qui venait de mettre à bas neuf chiots, mais il dû en tuer quatre. Ce qui énerva Lennie qui en voulait : un brun et un blanc.

Résumé du chapitre III – Des souris et des hommes

Dans ce chapitre on en apprend davantage sur la bande de travailleurs. Comment ils passent leur temps (ils vont chez Suzy, où la bière est à 25c et les femmes à 2 dollars et demi), ils jouent aux cartes. Le chapitre finit avec une scène dans laquelle une bagarre éclate entre Lennie et Curley.

#suzy #biere #bar #jeudecarte #curleyvslennie

Le troisième chapitre commence avec une petite description du baraquement qui permet d’introduire la scène. Ensuite Slim, le grand aux cheveux longs et bruns parle avec George de Lennie. George lui dit qu’il a été sympathique de donner à Lennie des chiens de la dernière portée de sa chienne. Slim lui dit que ce n’était rien, mais qu’il n’a jamais vu deux hommes venir travailler ensemble au ranch, surtout un grand, plutôt idiot et un petit, plutôt intelligent.

George, explique alors à Slim que Lennie et lui sont nés dans la même ville, Auburn et qu’il connaissait la tante de Lennie. En effet, la tante avait éduqué George. De plus, ce dernier expliqua que Lennie et lui avaient commencé à travailler ensemble dès leur plus jeune âge. George apprend alors à Slim que Lennie a sauté un jour d’une falaise uniquement parce qu’il le lui avait demandé et que lorsque George l’a sauvé par la suite Lennie l’a remercié parce qu’il avait oublié que c’était lui qui le lui avait demandé.

George explique alors à nouveau pourquoi ils ont quitté Weed, la ville dans laquelle ils étaient avant. Les hommes se chamaillent ensuite pour une question de chien qui sentirait trop mauvais.  Un des gars, Whit propose d’aller chez Clara,un bar. Curley le fils de patron revient pour chercher les ennuis…

Résumé du chapitre IV – Des souris et des hommes

Ce chapitre est très intéressant, il parle du fait d’être noir dans l’Ouest des années 1930. Crooks est-il parano ? Les autres ne veulent-ils vraiment pas parler avec lui ? Si oui, pour quelle raison ? Est-ce parce qu’il est noir ? Et la femme de Curley est-elle une séductrice ou veut-elle seulement parler ? Que va-t-il lui arriver ?

#crooks #blackcowboy #noirdanslouest #femmedecurley #allumeuse

Le chapitre quatre commence cette fois-ci, non pas par une seule description mais par trois, voire quatre descriptions.

  • Celle de la sellerie, dans laquelle vit le Crooks, le palefrenier noir (Steinbeck utilise le mot de « noir » cette fois et pas « nègre »comme dans le début du livre) ; 
  • celle des biens de Crooks ;
  • celle du caractère de Crooks (hautain et fier) ;
  • et enfin, celle du physique de Crooks (« son corps penchait du côté gauche »…).

Le chapitre continue avec une description de l’attitude de Crooks. Il est allongé avec une bouteille et se gratte l’épine dorsale. C’est alors qu’arrive Lennie. Les deux hommes vont entamer une discussion sur le sentiment d’être rejeté pour des raisons opposées. Candy finit par arriver. Il entre chez Crooks et trouve que le lieu est propre. Il parle à Lennie des lapins.

C’est alors que la copine de Curley arrive, elle se sent seul, elle veut discuter. Mais, Crooks, Candy et Lennie ne veulent pas discuter avec elle parce qu’ils ont peur de la réaction de Curley. Crooks dit à la femme de sortir de la scellerie car c’est chez lui. Elle le menace en lui disant qu’elle dira à Curley qu’il lui a fait du mal et qu’il serait pendu. Finalement, Candy arrive à la faire partir en prétextant qu’il a entendu un bruit et que ce sont les hommes qui reviennent. Il lui précisa ensuite que si Curley surprenait sa femme dans la chambre des hommes, il le prendrait très mal. La femme de Curley finit par s’en aller.

Résumé du chapitre V & VI – Des souris et des hommes

Des souris et des hommes résumé et avis | John Steinbeck.
Des souris et des hommes résumé et avis | John Steinbeck.

Je vous laisse les découvrir. C’est deux chapitres sont vraiment le cœur de l’intrigue ; je m’en voudrais de vous les spoiler.

Au final, je vous recommande très vivement ce livre : un vrai condensé d’humanité !

10 citations du livre – Des souris et des hommes

INCIPIT – A quelques milles au sud de Soledad, la Salinas tout contre le flanc de la colline et coule, profonde et verte. »

Citations du chapitre 1 :

« Mais pas nous ! Et pourquoi ? Parce que… parce que moi, j’ai toi pour t’occuper de moi, et toi, t’as moi pour m’occuper de toi, et c’est pour ça. » (George)

« On va vivre comme des rentiers. » (George)

Citations du chapitre 2 :

« C’est mon cousin, j’ai promis à sa mère que je m’occuperais de lui. » (George)

« Curley est comme un tas de petit gars, il n’aime pas ceux qui sont grands… » (Slim)

Citations du chapitre 3 : 

« Y’a pas besoin d’avoir de la cervelle pour être un brave type. » (Slim)

« Prend un type qui est vraiment malin, c’est bien rare qu’il soit un bon gars. » (Slim)

Citations du chapitre 4 :

« Si je te dis quelque chose, ben c’est juste un nègre qui parle. » (Crooks)

«  C’est drôle… quand je trouve un homme et qu’il est seul. J’m’entends toujours avec lui. » (Femme de Curley)

Citations du chapitre 5 :

« Pourquoi c’est-il que tu t’es laissé tuer ? T’es pas aussi petit que les souris. » (Lennie)

Citations du chapitre 6 :

« Non, Lennie. Regarde là-bas, par-dessus la rivière, c’est presque comme si on pouvait la voir, notre ferme. » (George)

Max Brun