Les Éditions MBrun

Le cycle Jeanne Duval

Ebook

Voici les 5 poèmes du clycle Jeanne Duval qui sont commentés dans ce ebook rédigé par l’équipe de Les Éditions MBrun :

XXII – Parfum exotique. . . . . . . . . . . . . . . . . 0
XXVIII – Le serpent qui danse . . . . . . . . . . . . . . . . 8
XXIII – Un hémisphère dans une chevelure . . . . . 6
XXVI – Sed non satiata . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
XXIII – La Chevelure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

Téléchargez-le

4 + 2 =

Le cycle Jeanne Duval : qui est Jeanne Duval ?

Jeanne Duval est l’une des muses de Baudelaire. Vous devez vous demander : qu’est-ce que vient faire une chronique sur une muse de Baudelaire dans un blog sur les Antilles. C’est simple, même si l’identité de Jeanne Duval reste incertaine, de nombreux détails poussent à penser qu’elle serait d’origines caribéenne, haïtienne plus précisément, jacmélienn même (de la ville de Jacmel en Haïti). Elle y serait même née et arrivée à Paris aux alentours de ses 15 ans.

« Sa date de naissance n’est pas connue. Le seul document connu qui l’indiquait a disparu dans un incendie. C’était le registre des entrées de la Maison de santé Dubois (actuel hôpital Fernand-Widal), où Jeanne fut hospitalisée en 1859. Il précisait qu’elle était native de l’île de Saint-Domingue et âgée de 32 ans. » Qui est Jeanne Duval ? Identité incertaine jusque dans son nom : en effet, elle se fait tantôt appeler Duval, tantôt Lemaire, tantôt Prosper. En partie pour fuir les forces de l’ordre. Son activité de lorette (.. ?), c’est ainsi que l’on appelait les péripatéticiennes, femmes de plaisir, qui arpentaient alors, à la deuxième moitié du XIX siècle, l’église Notre-Dame de Lorette.

Selon Daruty de Grandpré dans son livre « Baudelaire et Jeanne Duval » : c’est au faubourg Montmartre que, passant un soir en compagnie de Cladel, Baudelaire aperçut Jeanne Duval que des ivrognes tourmentaient. D’instinct Baudelaire s’interposa, puis offrant galamment le bras à la mulâtresse, il la reconduisit chez elle, abandonnant Cladel en pleine rue.Il ne l’a quitta plus depuis, profitant de ses 75000 euros d’héritage, il était un de ces hommes et celà lui suffisait. Pour beaucoup, cependant, elle profitait de sa gentillesse et de son argent !

Notamment pour la mère de Beaudelaire si l’on prend comme preuve cette lettre écrite par Mme Aupick à Charles Asselineau : La Vénus noire l’a torturé de toutes manières. Oh ! si vous saviez ! Et que d’argent elle lui a dévoré ! Dans ses lettres, j’en ai une masse, je ne vois jamais un mot d’amour.

Si elle l’avait aimé, je lui pardonnerais, je l’aimerais peut-être ; mais ce sont des demandes incessantes d’argent. C’est toujours de l’argent qu’il lui faut, et immédiatement. Sa dernière, en avril 1866, lorsque je partais pour aller soigner mon pauvre fils à Bruxelles, lorsqu’il était sur son lit de douleur et paralysé, et qu’il était dans de si grands embarras d’argent, elle lui écrit pour une somme qu’il faut qu’il lui envoie de suite.

Comme il a dû souffrir de cette demande qu’il ne pouvait satisfaire ! Tous ces tiraillements ont pu aggraver son mal et pouvaient même en être la cause. Elle n’était pas la seule à le penser ! Une chose est sûre Baudelaire l’a toujours profondément aimé jusqu’à ces derniers jours. Elle était sa vénus noire.

Biographie de l’auteur

Max Brun, habite actuellement dans la Seine-Saint-Denis où il vit avec sa femme et son fils. Ancien étudiant en philosophie, il est l’auteur de trois recueils de nouvelles et de deux recueils de poèmes en vers.

Le premier recueil de nouvelles de Max Brun : « Course à la lune » fut édité en auto édition alors qu’il n’avait que 23 ans. Il s’agit d’un hymne à la vie écrit alors qu’il était étudiant en philosophie à l’université de Nanterre. Son second recueil fut rédigé durant ces mêmes années, mais édité plus tard par une maison d’édition parisienne : « Les Editions du Panthéon ».

Son dernier recueil de nouvelles : « Publications illustrées », ainsi qu’un recueil de poèmes en vers : « Mélissa » ont été publiés par la maison d’édition « Edilivre » en juin 2019.

Le dernier recueil « Mélissa » est sorti le 14 février pour la Saint-Valentin.

Je vous invite à découvrir mes autres œuvres, en cliquant ci-dessous :