Comment écrire un poème à sa maman, c’est la question que tu te poses, n’est-ce pas ? Écrire un poème pour sa mère n’est pas anodin. On aime sa mère, c’est normal (excepté de rare exception), mais c’est justement le contraste entre la banalité de cet amour ; banalité car il est partagé par quasiment tout le monde et son intensité qui rend difficile son expression. On ne dit pas souvent à sa mère qu’on l’aime, en tout cas moi ça ne m’arrive que très rarement et pourtant Dieu sait que je l’aime. La poésie est une solution pour dire son amour à sa mère ; car il est moins direct que de le dire de vive voix ; le poème étant écrit. Mais, tout aussi intense, parce que :

  1. On peut réciter un poème, donc le dire ;
  2. On peut le donner, donc la personne à qui on l’offre peut le garder et le relire quand il le désir.

C’est pour cette raison que je salue ta démarche d’écrire un poème pour ta mère. Il faut vraiment du courage pour entamer cette démarche.

Mais, ça ne répond pas à ta question : comment écrire un poème pour sa maman ? Je vais te donner des « tips » pour savoir comment écrire un poème pour ta maman ; pour cela, je vais partir de l’exemple du poème de Antoine Black Aujourd’hui, je suis grand ! (que tu peux te procurer sur notre site en suivant ce lien).

Comment écrire un poème pour sa maman ? Le poème Aujourd’hui, je suis grand ! de Antoine Black

Ma mère me disait lorsque j’étais petit.
« Promet à ta maman d’être gentil mon fils
Quand on t’feras du mal ; toi, tu feras le bien
Car le mal en fait plus, à celui qui le fait

Ma mère me disait lorsque j’étais petit
Le mal que l’on te fait, rends-le en étant poli
Car c’est le plus grand mal, fils, que tu puisses faire
A celui qui t’en fais. Oui, promets-le à ta mère.

Ma mère me disait lorsque j’étais petit
« Ma grand-mère disait : quand tout parait au pire,
Suffit d’prendre patience, après une averse,
Un bien beau soleil toujours fini par renaître

L’averse dure moins qu’on ne le penserait
Suffit d’prendre patience. Il suffit d’attendre
Qu’le soleil, sa chaleur, sa lumière revienne. »
Promet d’être patient, fais plaisir à ta mère.

Ma mère me disait lorsque j’étais petit
Quand t’fais quelque chose, quelque chose de bien
Surtout, ne le crie pas haut, fort sur tous les toits
Au contraire, mon fils garde le bien pour toi

N’attends rien en retour. Promets-le-moi mon fils.
Tu dois faire le bien parce que c’est le bien
« J’ai lu cette histoire lorsque j’étais petite
De trois petits enfants, parlant sur le chemin

Le plus riche voulait avoir de bonnes notes
Pour une voiture qu’avait promis son père
Le second, moins riche voulais de bonnes notes,
Car il voulait avoir la tendresse d’sa mère

Le dernier petit enfant, qui était bien pauvre
Qui, malheureusement n’avait pas d’mère et père
Dit à ses camarades qui l’écoutait point
J’veux de bonnes notes pour pouvoir faire l’bien. »

Fais comme ce garçon, promet-le moi mon fils
Fais le bien parce que c’est le bien et rien d’autre
Promet-moi de ne rien attendre en retour, fils
T’seras un bon garçon, suffit d’aider les autres.

Ma mère me disait lorsque j’étais ado
« Jte vois faire le dur avec les filles, t’as faux
Mais, quand tu seras grand, tu seras amoureux
Et tu seras gentil avec ton amoureuse. »

Ma mère me le disait quand j’étais petit
Aujourd’hui, à présent que je suis amoureux
Avec celle que j’aime, gentil, j’essaie d’être
Aujourd’hui, je suis grand ; j’en remercie ma mère.

Pour t’expliquer comment écrire un poème pour sa maman, je vais analyser le poème ci-dessus, cela nous permettra de mieux comprendre comment l’auteur Antoine Black a conçu ce poème et ce que tu peux en tirer pour toi écrire les tiens.

Analyse du poème Aujourd’hui, je suis grand !

Le poème à trois phases qui représentent chacun une période de la vie du poète et de son rapport avec sa mère avec une anecdote, un conseil, un message transmis par la mère au poète.

Comment écrire un poème pour sa maman ? Le rappel d’une leçon transmise

Dans notre exemple, dans les deux premières strophes, l’auteur va dire la principale leçon que lui a enseigné sa mère, à savoir : de faire le bien coûte que coûte ; car : « le mal en fait plus à celui qui le fait ».

Ma mère me disait lorsque j’étais petit.
« Promet à ta maman d’être gentil mon fils
Quand on t’feras du mal ; toi, tu feras le bien
Car le mal en fait plus, à celui qui le fait

Ma mère me disait lorsque j’étais petit
Le mal que l’on te fait, rends-le en étant poli
Car c’est le plus grand mal, fils, que tu puisses faire
A celui qui t’en fais. Oui, promets-le à ta mère.

C’est une belle façon de commencer un poème pour sa maman. C’est une façon de lui faire comprendre qu’elle est écoutée et que les leçons qu’elle transmet sont essentiel dans ta vie.

Comment écrire un poème pour sa maman ? Le rappel d’une histoire transmise

Ensuite dans un second temps, l’auteur récite une histoire que lui a raconté sa mère. Cette histoire vient ajouter de l’argumentaire à la leçon phare de sa mère :

Ma mère me disait lorsque j’étais petit
« Ma grand-mère disait : quand tout parait au pire,
Suffit d’prendre patience, après une averse,
Un bien beau soleil toujours fini par renaître

L’averse dure moins qu’on ne le penserait
Suffit d’prendre patience. Il suffit d’attendre
Qu’le soleil, sa chaleur, sa lumière revienne. »
Promet d’être patient, fais plaisir à ta mère.

Ma mère me disait lorsque j’étais petit
Quand t’fais quelque chose, quelque chose de bien
Surtout, ne le crie pas haut, fort sur tous les toits
Au contraire, mon fils garde le bien pour toi

N’attends rien en retour. Promets-le-moi mon fils.
Tu dois faire le bien parce que c’est le bien
« J’ai lu cette histoire lorsque j’étais petite
De trois petits enfants, parlant sur le chemin

Le plus riche voulait avoir de bonnes notes
Pour une voiture qu’avait promis son père
Le second, moins riche voulais de bonnes notes,
Car il voulait avoir la tendresse d’sa mère

Le dernier petit enfant, qui était bien pauvre
Qui, malheureusement n’avait pas d’mère et père
Dit à ses camarades qui l’écoutait point
J’veux de bonnes notes pour pouvoir faire l’bien. »

C’est encore une bonne démarche de l’auteur, car il accentue le fait que sa mère écouter en reprenant une histoire que sa mère lui a raconté, c’est une façon de lui dire : tu vois je t’écoute quand tu me racontes tes histoires. Mais, il faut que l’histoire face sens avec le poème et qu’il n’y ait pas d’erreur dans l’histoire.

Tips : si tu as en tête une histoire que tu pourrais insérer dans ton histoire. Redemande à ta mère de te la raconter avant de finaliser ton poème. Comme ça, tu seras sûr qu’il n’y a pas d’erreur quand tu le lui réciteras.

Cette petite histoire racontée par la mère au fils est suivie d’une strophe dans laquelle l’auteur réaffirme la leçon que lui a apprise sa mère :

Fais comme ce garçon, promet-le moi mon fils
Fais le bien parce que c’est le bien et rien d’autre
Promet-moi de ne rien attendre en retour, fils
T’seras un bon garçon, suffit d’aider les autres.

Comment écrire un poème pour sa maman ? Rappel d’une leçon plus récente

Antoine Black ensuite une autre leçon que lui a apprise sa mère à une autre période de sa vie.  La première leçon a été donné lorsqu’il était petit, la seconde durant l’adolescence. Deux périodes différentes, deux périodes où le rapport à la mère n’est pas le même. C’est touchant, parce que cela revient à dire qu’il l’a écouté durant toute sa vie.

Ma mère me disait lorsque j’étais ado
« Jte vois faire le dur avec les filles, t’as faux
Mais, quand tu seras grand, tu seras amoureux
Et tu seras gentil avec ton amoureuse. »

Comment écrire un poème pour sa maman ? Maman avait raison

Le poème fini avec un quatrain dans laquelle l’auteur avoue avoir suivi le conseil de sa mère, puisque tombé amoureux il essaie d’être gentil avec sa copine. Une façon de dire : maman tu avais raison et merci pour ça.

Ma mère me le disait quand j’étais petit
Aujourd’hui, à présent que je suis amoureux
Avec celle que j’aime, gentil, j’essaie d’être
Aujourd’hui, je suis grand ; j’en remercie ma mère.

Comment écrire un poème pour sa maman ? Exemple de plan

  1. Rappel d’une leçon donnée par la mère étant petit ;
  2. Rappel d’une histoire donnée par la mère étant petit ;
  3. Rappel d’une leçon donnée par la mère étant ado ;
  4. Impact de ses leçons sur la vie du poète au moment où il écrit le poème.

A lire également :

Vivre ensemble et identité

de Max-Antoine BRUN

Le plus beau recueil de poésie de l’année 2020 !

Mélissa

de Max-Antoine BRUN

L’amour d’un poète pour sa muse !

Épopée créole et odes antillaises

de Max-Antoine BRUN

Max Brun