Tu désires savoir comment écrire un poème avec des rimes, tu es tombé sur la bonne page, je vais t’aider. Mais, il faut déjà bien cerner ta question. Comment écrire un poème avec des rimes ? La réponse semble évidente : il faut faire des rimes. Mais, je crois cerner le fond de ta question, il y a en fait trois questions sous-entendues dans ta question :

1-  Qu’est-ce qu’une rime ?

2-  Quels types de rimes existent ?

3-  Comment trouver des rimes ?

Comment écrire un poème avec des rimes ? Qu’est-ce qu’une rime ?

La rime est la disposition de sons identiques à la finale de mots placés à la fin de deux ou plusieurs vers.

La rime permet plusieurs choses :

1-  la rime créée de la musicalité dans un poème et le rend donc plus mélodieux ;

2-  la rime est un effet mnémotechnique, il permet de mieux retenir. En effet, un même son à chaque fin de vers facilite la mémoire ;

3-  la rime accentue l’effet du beau et l’effet produit sur le lecteur.

Comment écrire un poème avec des rimes ? Quels sont les différents types de rimes ?

Il existe de nombreuses variantes de rime dans la poésie, qui sont liés souvent à un style de poème, je te donne les trois exemples les plus connus. Mais, il en existe d’autres :

1-  Rimes plate ou suivi : AA BB CC DD ;

2-  Rimes croisée : ABAB CDCD ;

3-  Rimes embrassée : ABBA CDDC.

Il faut faire un choix entre ces trois types de rimes. Mais ce n’est pas tout, il faut choisir si tu souhaites faire un poème en vers libre ou en vers fixe. Si tu souhaites faire un poème en vers libre ; il te suffira de respecter un des trois schémas cités ci-dessus. Par contre, si tu souhaites faire un poème en vers fixe, c’est-à-dire en comptant le nombre de syllabes de tes vers. Tu peux le faire en Alexandrin (chaque vers compte 12 syllabes) ou encore octosyllabe (8 syllabes).

Comment trouver des rimes ?

Pour trouver des rimes, voici les techniques que j’utilise.

J’ai réfléchi longuement et je pense que le moyen le plus simple et fiable de te donner mes conseils dans cette partie est la suivante : une liste. Pas très poétique, mais l’important c’est que ça te permette de faire des rimes jolies et d’écrire de beaux poèmes…

1-  Synonyme ; tu as déjà écris tes phrases, malheureusement elles en riment pas l’une avec l’autre. Pas de panique ouvre ton dictionnaire et trouve le mot adéquat. Par contre, choisi le bon mot, c’est-à-dire un qui a du sens, sonne bien avec le reste de la phrase, etc.

Par exemple : cette rime du poème « Nuit ! » de mon recueil « Mélissa »


Ô l’écume brune ;
L’ample chevelure.

J’aurais pu mettre :


Ô l’écume brune
Chevelure crépue

La rime est bien présente, mais le sens, la beauté et l’effet de la phrase est complètement changé. Pourtant l’idée est la même. C’est que des termes synonymes ont certes le même sens, mais ne renvoient pas les mêmes images. C’est la problématique du signifiant et du signifié qu’il te faut prendre en considération pour faire passer le message que tu souhaites.

2 – réaliser un enjambement, la rime ne tombe pas à la bonne syllabe dans le vers fixe, ne vous inquiétez pas, procédez à un enjambement. C’est-à-dire couper votre vers au niveau de la rime. Assurez-vous par contre que l’enjambement soit réussi.

Par exemple : cette rime du poème « Aujourd’hui, je suis grand » d’Antoine Black


Mais, quand tu seras grand, tu seras amoureux
Et tu seras gentil avec ton amoureuse. »

Ici, il s’agit en fait d’une seule et unique phrase que j’ai coupée en deux par le biais de l’enjambement avec rejet.

3 – T’aider de poème que tu as déjà lu. On appelle cette technique : le pastiche. Ce n’est pas du plagiat même si ça y ressemble. Mais, personne n’a inventé la poudre et on peut, sans prendre, trop de risques se dire que toute rime a déjà été faite au moins une fois. De plus, si elle a fonctionné une fois, pourquoi ne fonctionnerait-elle pas deux fois ?

Par exemple : les pastiches (« plagiats » de Lamartine)

En 1762 Antoine-Léonard Thomas écrivait :

Ô Temps, suspends ton vol, respecte ma jeunesse ;
Que ma mère, longtemps témoin de ma tendresse,
Reçoive mes tributs de respect et d’amour ;
Et vous, Gloire, Vertu, déesses immortelles,
Que vos brillantes ailes
Sur mes cheveux blanchis se reposent un jour.

Quelques années plus tard Alphonse de Lamartine écrivait ce quatrain devenu célèbre dans son poème « Le Lac »

 » Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

De même, un certain Nicolas Germain Léonard écrivait dans La Nouvelle Clémentine, ou Lettre de Henriette de Berville, recueil paru en 1774 le vers :

« Un seul être me manque et tout est dépeuplé. »

Quelques années plu tard Alphonse de Lamartine écrivait dans son poème « L »isolement » :

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé

A lire également :

Vivre ensemble et identité

de Max-Antoine BRUN

Le plus beau recueil de poésie de l’année 2020 !

Mélissa

de Max BRUN

L’amour d’un poète pour sa muse !

Épopée créole et odes antillaises

de Max-Antoine BRUN

Max Brun