Sula : introduction

Découvrez notre chronique rédigée par Max Antoine BRUN sur le livre Sula de Toni Morrison.

Chloe Anthony Wofford Morrison est morte le 5 août 2019 pour lui rendre hommage, j’ai décidé de lui dédié ce mois d’Octobre, ainsi la majorité des œuvres commentées et résumées ce mois-ci seront des œuvres de la romancière américaine. Nous commençons avec Sula, viendront ensuite : l’Oeil le plus bleu ; Délivrance ; Beloved et Paradis.

Toni Morrison : biographie

Chloe Anthony Wofford Morrison est né le 18 février 1931 et décédée le 5 août 2019. Elle est connue sous le nom de Toni Morrison ; Toni étant le diminutif d’Anthony prénom qu’elle a choisi lors de son baptême dans la religion catholique à l’âge de 10ans et Morrison qui était le nom de son mari Howard Morrison.

Toni Morrison était une romancière, essayiste, rédactrice en chef et professeure émérite à l’Université de Princeton. Son premier roman, L’œil le plus bleu, a été publié en 1970. Le chant de Salomon (1977), acclamé par la critique, a attiré son attention au niveau national et a remporté le prix du Cercle national des critiques de livre. En 1988, elle remporte le prix Pulitzer et le prix du livre américain pour Beloved (1987).

Toni Morrison à grandit à Cleveland dans les années 40, une ville cosmopolites, dans laquelle se côtoyait des Tchèques, Italiens, Serbes, Mexicains et Afro-Américain. Ce cosmopolitisme l’a poussé très tôt à se questionner sur son identité et celle de son peuple. Un questionnement qu’utilisera fortement Toni Morrison lors de la rédaction de ses œuvres.

Sula : présentation

Le Fond est un quartier majoritairement noir de l’Ohio. Un fermier blanc promit un jour à son esclave que s’il réalisait parfaitement ses tâches difficiles et ingrates, il lui donnerait la liberté et un bout de terre en haut de la colline, bout de terre qu’il appelait le Fond. Quand l’esclave eu terminé le travail, il  demanda au fermier de respecter sa part du marché. La liberté était facile, le fermier n’y voyait pas d’objection, mais il ne voulait renoncer à aucune terre, alors il dit à l’esclave qu’il était vraiment désolé de devoir lui donner une terre dans la vallée. Il avait espéré lui donner un bout de terre. L’esclave cligna des yeux et dit qu’il pensait que la terre de la vallée était la terre du fond. Le maître répondit : « Oh non ! Tu vois ces collines ? C’est la terre du fond, riche et fertile. »

Le cas Shadrack

Sula résumé Toni Morrison 3

Shadrack, un habitant de Bottom, a combattu pendant la Première Guerre mondiale. Il revient de guerre brisé, incapable d’accepter la complexité du monde. Il vit à la périphérie de la ville, essayant de créer de l’ordre dans sa vie. L’une de ses méthodes consiste à compartimenter sa peur de la mort dans un rituel qu’il invente et nomme Journée nationale du suicide. La ville se méfie d’abord de lui et de son rituel, puis, avec le temps, l’accepte sans réfléchir.

Pendant ce temps, les familles des enfants Nel et Sula sont contrastées. Nel est le produit d’une famille qui croit profondément dans les conventions sociales ; son foyer est stable, bien que certains pourraient le qualifier de rigide. Nel n’est pas certaine de la vie conventionnelle que sa mère Hélène veut pour elle ; ces doutes sont aiguisés lorsqu’elle rencontre Céline, sa grand-mère qui avait travaillé comme prostituée, la seule femme non conventionnelle de sa lignée familiale. La famille de Sula est très différente : elle vit avec sa grand-mère Eva et sa mère Hannah, toutes deux considérées par la ville comme excentriques et libres. Leur maison sert aussi de foyer à trois garçons adoptés de façon informelle et à un flot constant de
pensionnaires.

Autres œuvres de Toni Morrison :

  • Beloved/ Beloved (1987) ;
  • L’œil le plus bleu / The Bluest Eye (1970);
  • Tarbaby / Tar baby  (1981);
  • Chant de Salomon / Song of Salomon (1977) ;
  • Délivrances / God Help the Child (2015) ;
  • Home / Home (2012)
  • Jazz / Jazz (1992)
  • Paradis / Paradise (1997)

Sula : avis

Sula Toni Morrison résumé 2

Sula est une œuvre l majeure de Toni Morrison, la romancière à travers cette œuvre propose une description crue de la réalité de familles afro-américaines sur plusieurs générations. C’est un chef d’œuvre de la littérature américaine pour plusieurs raisons ; avec cette œuvre Toni Morrison mets en lumière des composantes de la vie des afro-américain du début du XXe siècle.

Sula ou le féministe avant l’heure

Le livre traite de la féminité bien sûr, Sula étant une féministe avant l’heure. Une femme noire qui dans les années 1920 choisit de vivre comme un homme blanc. C’est-à-dire libre de faire ce qu’elle veut, d’être qui elle veut. Les seules limites qu’elle accepte de s’imposer, sont les siennes.

Sula et la maternité

Sula traite de la maternité sur plusieurs angles. Sur l’angle de la grand-mère Eva, femme dure de la première génération de femmes noires libres après l’abolition de l’esclavage. Hannah et Cécile, respectivement la mère de Sula et la grand-mère de Nel (meilleure amie de Sula) : femmes faciles, l’une avare d’hommes, l’autre prostituée créole de la Nouvelle-Orléans. Hélène, la mère de Nel, femme pieuse mais manipulatrice. Enfin, Sula et Nel : l’une libre, féministe, individualiste ; presque psychopathe. L’autre : femme mariée, rangée qui rêve de liberté mais n’a pas le courage de la saisir.

La question du communautarisme

Toni Morrison ne s’arrête pas là avec cette œuvre. Sula, traite aussi du communautarisme exacerbé à la frontière du racisme. Le partage des terres pour commencer. Partage des terres qui s’avère au désavantage des noirs. Mais, également le sort réservé au soldat américain revenant de guerre : Shadrack, revenu fou de la guerre est abandonné par son pays (les États-Unis) et par sa communauté (communauté noire) pour qui il n’est qu’un fou. Plum le fils d’Eva revient diminuer physiquement et mentalement.

Et la masculinité noire

Sula résumé Toni Morrison 4

Sula par aussi de la dévalorisation des hommes de la communauté noire dont aucun ne semble capable d’assumer le rôle de père et de mari. Boyboy abandonne sa famille, Plum revenant de guerre est élevé par sa mère comme un bébé, Shadrack revient fou de la guerre et méprisé par sa communauté, Jude est un mari infidèle…

Bien sûr le personnage principale est Sula et en fin de livre on comprend pourquoi. On comprend à quel point Sula était importante à cette communauté. Communauté pour laquelle, elle jouait le rôle de bouc-émissaire.

Je recommande vivement ce livre : un vrai condensé d’humanité !

Incipit de l’oeuvre : Sula

« A cet endroit, où on a arraché les mûriers et les vignes sauvages pour faire place au Golf municipal de Medallion, il y avait jadis un quartier. »

10 citations tirées du livre : Sula.

  • « Maintenant on appelle ça la banlieue, mais quand les Noirs y vivaient on appelait ça le Fond. » Page 1
  • « Là-haut pour nous, dit le maître, mais quand Dieu baisse les yeux, c’est le fond. Voilà pourquoi on l’appelle ainsi. C’est le fond du paradis – la meilleure terre qui soit. » Page 3
  • « Doucement, tranquillement, la Journée du Suicide fit
    partie intégrante de la vie quotidienne du Fond, à Médallion, dans l’Ohio. » Page24
  • « Comme chacune avait compris depuis longtemps qu’elle n’était ni blanche ni mâle, que toute liberté et tout triomphe leur était interdits, elles avaient entrepris de créer autre chose qu’elles puissent devenir. » Page 61
  • « Le retour de Sula s’accompagna d’une invasion de rouges-gorges. » Page 99
  • « Sula commençait à découvrir ce qu’était la possession. » Page 143
  • « Dans leur monde, les aberrations étaient aussi naturelles que la grâce. » Page 129
  • « Toi. Sula. Quelle différence ? Tu étais là. Tu as regardé, pas vrai ? Moi, je n’aurais jamais pu regarder ça. » Eva à Nel. Page 183
  •  « Tristement, lourdement, Nel sortit de la section réservée aux gens de couleur. » Page 188
  • « Shadrack et Nel s’éloignèrent l’un de l’autre, pensant au passé chacun de son côté. » page 189

Découvrez d’autres œuvres de la littérature Etats-unienne.

Découvrez d’autres œuvres de Toni Morrison.

Max Brun