Leurres et Lueurs, Présence Africaine, 1960

Leurres et Lueurs de Birago Diop : introduction

Découvrez la chronique rédigée par Max Antoine Brun sur le livre Leurres et Lueurs de Birago Diop.

Birago Diop : biographie

Birago Diop (11 décembre 1906 – 25 novembre 1989) était un poète et conteur sénégalais dont le travail a ravivé l’intérêt général pour les contes africains et l’a promu parmi les écrivains africains francophones les plus remarquables. Vétérinaire de renom, diplomate et principale voix du mouvement littéraire négritude, Diop a illustré « l’homme de la renaissance africaine ».

Pour Roland Colin, Birago Diop « a ouvert l’une des voies qui mènent à l’Esprit négro-africain. »

Léopold Sédar Senghor admirait également cette mise par écrit de contes que Birago Diop « rénove […] en les traduisant en français, avec un art qui, respectueux du génie de la langue française — cette « langue de gentillesse et d’honnêteté » —, conserve, en même temps, toutes les vertus des langues négro-africaines. »

Leurres et lueurs : présentation

Selon Présence africaine : « Les poèmes les plus modernes et les plus profondément africains de Leurres et Lueurs ont été inspirés par des contes. Poésie, conte, théâtre telle est la diversité et aussi la richesse de l’œuvre de Birago Diop, qui ne s’est pas outre mesure préoccupé de distinction ni de classification des genres littéraires. »

Les poèmes les plus modernes et les plus profondément africains de Leurres et Lueurs ont été inspirés par des contes.

Autres œuvres de Birago Diop :

  • A rebrousse-gens, 1985 ;
  • A rebrousse-temps, 1982 ;
  • Les contes d’Amadou Koumba, 1947 ;
  • Les nouveaux contes d’Amadou Koumba, 1958 ;
  • Contes d’Awa, 1977.

Le poème Liminaire

Des Yeux m’ont regardé dont maintenant je doute,
Des Yeux très lourd, des Yeux très las, des Yeux très doux.
Des Voix ont murmuré, qui depuis, furent toutes,
Des Voix mortes ailleurs et que j’entends partout.

LUEURS qui jalonnez mon hésitante Route,
LEURRES des Jours partis vers je ne sais plus où,
Souvent, me retournant, je les cherche et j’écoute :
Leurs Echos, leurs Reflets, m’arrivent-ils de vous ?

Des Bouches ont souri, mais sur d’autres Visages
Et des Corps ont passé laissant dans leurs Sillages
Des Traces qui plus tard entèrent d’autres Corps

Des rythmes ont surgi berçant d’autres Accords ;
Mais, Leurres et Lueurs, de vos défunts Présages,
Naissent des Rêves lourds comme des Enfants morts.

Leurres et Lueurs : avis

Leurres et lueurs sont un des plus beaux recueils de poèmes rédigés par un Africain de l’histoire. Pourquoi ? Parce que les poèmes du recueil respectent, parfaitement, les règles de la poésie. Liminaire, le poème qui ouvre le recueil en est l’exemple parfait. Ce poème est écrit en Alexandrin avec hémistiche de 6 syllabes : le premier hémistiche des vers étant tantôt composé de 2 temps métriques de 2 et 4 syllabes, tantôt de 2 temps métriques de deux fois 3 syllabes ; la seconde est elle toujours composée d’un temps de 6 syllabes. Cela donne un rythme continu au poème, ce qui a pour effet de le rendre encore plus beau. De plus, les mots choisis par Birago Diop sont lourd de sens et renforcent l’effet général du poème.

Les poèmes les plus modernes et les plus profondément africains de Leurres et Lueurs ont été inspirés par des contes populaires sénégalais que Bigaro Diop affectionnait.

Le recueil est une jolie musique européenne avec des accents africains. Le mariage est, parfaitement, réussi ; comme il ne l’est chez aucun autre auteur afro descendants. D’ailleurs Aimé Césaire et Léon-Gontran Damas, lui reprochait de n’être pas assez Nègre dans ses poèmes.

J’attends la traduction de ses poèmes en version peulh ou wolof, afin d’entendre une jolie musique africaine avec des accents européens.

Vivre ensemble et identité

de Max-Antoine BRUN

Le plus beau recueil de poésie de l’année 2020 !

Mélissa

de Max BRUN

L’amour d’un poète pour sa muse !

Épopée créole et odes antillaises

de Max-Antoine BRUN

Découvrez d’autres œuvres de la littérature africaine.

Découvrez d’autres œuvres de Birago Diop.

Max Brun